Tu vuo’ fa’ l’italiano ?

Nous sommes heureux de vous annoncer que, depuis quelques semaines déjà, nous livrons des textes de qualité en italien, en plus du français et de l’allemand. Qu’il s’agisse de localisations depuis une autre langue (français, allemand, anglais) ou de copywriting adapté au marché transalpin, nous franchissons le Rubicon des cultures avec élégance.

Du texte en italien

Comme nous l’avons vu dans un article précédent, l’Italie serait le troisième choix des e-commerçants français qui souhaitent s’internationaliser après la Belgique (je gage, pour des raisons de langue ?) et l’Espagne. Si j’y réfléchis bien, j’avoue que ces choix me semblent obscurs étant donnée la taille des marchés respectifs (10 Mrd € et 14 Mrd €) en comparaison avec les mastodontes que sont le Royaume-Uni (95 Mrd €) et l’Allemagne (50 Mrd €*) par exemple, mais soit. Qu’à cela ne tienne : Stereotexte est soucieux de proposer des slogans, textes et contenus de qualité sur les plus grands marchés européens. Nous aidons ainsi nos clients actuels à parfaire leur communication au pays du cappuccino et de la gondole qui n’en fait pas qu’à sa tête.

Du contenu qui parle

En européens convaincus, nous savons qu’une expansion de l’activité commerciale passe par une communication adaptée au marché local. C’est pourquoi nous travaillons de manière exclusive avec des freelances qui cumulent plusieurs années d’expérience et partagent notre idéal sur la communication : clarté, concision, caractère, conseil et confiance. Au-delà de la simple traduction de contenu, notre service adapte la communication à la culture locale et à ses subtilités. Pourquoi ? Parce qu’une communication sans caractère, c’est comme une journée sans pain, une tomate hors-sol sans sel, ou un repas sans fromage qui sent fort. Nous le disons bien haut : « Langues du monde, je vous aime. »

Anaphore positive : traduire un jour ou périr toujours ?

Oui, notre cœur bat pour des textes qui sonnent. Pour une communication qui marque. Oui, nous conseillons de remuer toutes les méninges disponibles une bonne fois pour toutes au lancement d’un nouveau site sur un pays, en matière de communication et d’image de marque. Oui, cela revient moins cher sur le long terme de travailler avec des professionnels qu’avec un stagiaire dont ce n’est pas le métier et dont il faudra revoir le travail au bout de six mois (voir notre article à ce sujet). Oui, depuis le slogan jusqu’aux e-mailings en passant par la localisation du site internet, une image de marque se construit et s’entretient.

Aujourd’hui, elle se construit et s’entretient avec nous aussi en italien.

A pronto !

M.T.


* Source : chiffres Fevad