Concepteur-rédacteur : 16 conseils pour être plus productif (1/2)

Dans un article précédent, j’avais mis en avant quelques conseils pour mieux écrire et affiner ses arguments publicitaires. Pour le concepteur-rédacteur ou le traducteur créatif, si la première idée qui vient n’est pas toujours la meilleure, comment en trouver de nouvelles ? Quelques astuces simples permettent de doper sa créativité – si cette liste n’est pas exhaustive, elle a le mérite d’élargir les horizons.

Pour rendre ses clients heureux, le concepteur-rédacteur doit avant tout éviter la fameuse page blanche : il doit fournir du texte, et si possible du texte de qualité qui corresponde à la marque et qui parle à sa clientèle. Afin d’atteindre le plus haut niveau et d’améliorer sans cesse son travail, voici quelques astuces qui permettent de se remettre en question (soi-même comme son travail) pour évoluer et atteindre le niveau de qualité souhaité. Et cela vaut aussi bien pour l’écriture ou la traduction d’un slogan que pour un argumentaire de vente classique.

1 – Changez la police d’écriture

Vous avez l’habitude de travailler en Arial ? Essayez en Times New Roman. Vous rédigez en Cambria ? Passez en Avenir Next Condensed… ou en Impact. Essayez des polices que vous n’avez pas l’habitude d’utiliser, cela donnera une autre profondeur au seul texte depuis l’écran. À l’instar de la bande dessinée, cela permet aussi de faire des changements de ton.

2 – Écrivez au crayon

Par sa forme, l’écran délimite toujours un certain cadre. Comme l’ordinateur de Minority Report ne fait pas encore partie du quotidien de tous, travailler sur un autre support permet aussi de se changer les idées. Que ce soit à votre bureau ou dans un sofa, un crayon sur un papier est aussi une source de créativité.

Le crayon à papier reste l'arme absolue du concepteur-rédacteur qui veut annoter ses livres... sans les abîmer !

Le crayon à papier reste l’arme absolue du concepteur-rédacteur qui veut annoter ses livres… sans les abîmer ! (source : pixnio.com)

3 – Testez le produit

Vous pensez qu’on n’écrit bien qu’à propos de ce qu’on connaît bien ? Si vous devez rédiger pour un produit que vous connaissez peu, n’hésitez pas à demander à l’essayer. Votre client se fera une joie de vous en envoyer un exemplaire ou de vous laisser un accès gratuit à sa plateforme s’il s’agit d’un service en ligne par exemple.

Pour certains concepteurs-rédacteurs, rien ne vaut un bon essai, parfois en profondeur, pour bien cerner un produit/un service et mieux écrire à son sujet.

4 – Demandez l’avis d’un spécialiste

Il se peut que vous ayez à rédiger sur un sujet ou un produit que vous ne maîtrisez pas ou peu. Le cas échéant, n’hésitez pas à demander l’avis de quelqu’un qui s’y connaît. La personne en sera certainement flattée. De plus vous aurez accès, en tant que concepteur-rédacteur, à un point de vue différent qui vous permettra peut-être de confronter les arguments et ainsi enrichir, contredire ou confirmer votre idée première.

5 – Écrivez et corrigez plus tard

Écrivez tout ce qui vous passe par la tête, sans retenue. En général, c’est une étape que je fais sur papier – je garde l’informatique pour la mise en forme finale pour le client, mais chacun a son mode de fonctionnement. Rédigez, et corrigez ensuite alors que vous n’y pensez plus… ou presque !

6 – Lire le texte sur le papier

Si le texte que vous rédigez est fait pour une utilisation en print, ne vous privez pas : écrivez-le sur du papier – ou mieux imprimez-le, et lisez-le ainsi à tête reposée. Vous serez surpris des idées nouvelles qui vous viendront lorsque votre regard ne sera plus rivé sur un ordinateur ou un clavier.

7 – Lisez le texte à haute voix

J’en avais déjà fait état dans cet article sur le contenu des e-mails marketing – et cela reste une règle de base : si votre texte écrit est bon, il le sera d’autant plus lu à haute voix ; s’il est améliorable, vous le remarquerez tout de suite. Et votre âme de concepteur-rédacteur trouvera illico la parade !

Pas besoin de déclamer vos textes devant un auditoire en toge : un bureau fermé suffira.

Pas besoin de déclamer vos textes devant un auditoire en toge : un bureau fermé suffira.(source : flickr Renaud Camus)

8 – Éliminez votre favori

C’est bon, vous avez commencé à rédiger ? Vous avez plusieurs idées de slogans, de titres ou d’intertitres ? Alors prenez votre courage à deux mains et effacez celui que vous préférez. Recommencez la réflexion à partir de là : s’il était vraiment bon, il vous reviendra en tête – et sinon, eh bien… c’était une fausse piste !

Lire la suite >>