Faust en scooter ou les tribulations des traducteurs en ligne

Qui n’a jamais consulté Google traduction, Reverso, Linguee ou Deepl ? Qui ne s’est jamais laissé tenter par l’algorithme des traducteurs en ligne ? Simple, rapide et… fiable. Fiable, vraiment ? Nous avons choisi des passages de littérature allemande et les avons passés à la moulinette du traducteur automatique. En les comparant aux traductions publiées, voici quelques pépites…

Traduction en ligne d’une œuvre académique

Et si on commençait par un peu de philosophie ? Publié en 1995, le Petit traité des grandes vertus d’André Comte-Sponville passe en revue de nombreuses vertus, telles que le courage, la justice, l’humilité – que l’auteur estime importantes. Les traductions données par les différents traducteurs en ligne sont proches du texte d’origine. Cela s’explique par le fait qu’en philosophie on utilise des termes simples, faciles à comprendre pour faire passer des idées qui, quant à elles, sont souvent complexes. Nul besoin de tartiner le texte de jeux de mots et autres métaphores, les auteurs vont droit au but et c’est pour cela que les traducteurs en ligne n’ont pas de difficulté à traduire ces textes et que le résultat reste assez proche des versions publiées.

Traduction publiée : La politesse est la première vertu, et à l’origine peut-être de toutes. C’est aussi la plus pauvre, la plus superficielle, la plus discutable ; est-ce seulement une vertu ?

Traduction de Deepl : La politesse est la première vertu et peut-être le début de toutes les vertus. C’est aussi la plus maigre, la plus superficielle, la plus discutable : est-ce une vertu ?

Traduction en ligne d’un romain contemporain

Passons à Demian, une œuvre d’Hermann Hesse. L’auteur raconte la jeunesse d’Emile Sinclair de son propre point de vue. La traduction d’origine parle de remonter “jusqu’à mes origines les plus lointaines”. Google Traduction nous dit, quant à lui, de remonter dans “le passé lointain de mes origines”. Deepl parle de remonter “jusqu’à la distance de mes origines”, soit… et enfin Reverso remonte “jusqu’au lointain de ma naissance”. Tant de tournures différentes et compliquées pour une même phrase – on en perdrait son latin ! Mais si l’on veut être objectif, le sens du texte reste similaire, bien que plus alambiqué.

Traduction publiée : Pour raconter mon histoire, il me faut retourner très loin dans le passé. Il me faudrait, si cela était possible, reculer jusqu’aux toutes premières années de mon enfance, et au-delà encore, jusqu’à mes origines les plus lointaines.

Traduction de Reverso : Pour vous raconter mon histoire, je dois tout recommencer à zéro, remonter encore plus loin, jusqu’aux toutes premières années de mon enfance, et même au-delà, jusqu’au lointain de ma naissance.

Traducteur en ligne – exemple de Demian
Édition anglaise de Demian

Quand les traducteurs en ligne ont le cafard

Et maintenant, un peu d’entomologie avec Kafka et l’une de ses œuvres les plus connues : La métamorphose. Ce récit suit les mésaventures de Grégor Samsa qui se réveille un jour transformé en insecte monstrueux. Les traductions pour ce passage sont plutôt ressemblantes à l’original, le sens reste le même dans chacune des traductions. On remarque tout de même que le traducteur en ligne traduit sans interpréter, c’est une traduction directe qui ne tient pas compte du contexte. Par exemple, Google Traduction choisit les mots jambes et armures pour décrire le nouveau corps de notre héros alors que l’on parle de pattes et carapace dans la traduction officielle. C’est l’une des limites des traducteurs en ligne.

Traduction publiée : Il était sur le dos, un dos aussi dur qu’une carapace, et, en relevant un peu la tête, il vit, bombé, brun, cloisonné par des arceaux plus rigides, son abdomen sur le haut duquel la couverture, prête à glisser tout à fait, ne tenait plus qu’à peine.

Traduction de Google Traduction : Il se coucha sur son dos dur comme une armure et, quand il releva un peu la tête, vit son ventre cambré et brun, divisé par des raidisseurs cambrés, au niveau desquels la couette, prête à glisser complètement, pouvait difficilement être conservée.

Traduire en ligne la littérature du XIXème s.

Une autre limite des traducteurs en ligne est la concordances des temps. Vous pouvez vous retrouver avec 3 temps différents dans une même phrase et le traducteur en ligne n’y verra aucun problème. Dans la traduction du roman Michael Koolhaas de Heinrich von Kleist, on constate par exemple que les temps utilisés ne sont pas du tout les mêmes et leurs associations rendent les phrases bancales en plus du manque de cohérence et du placement hasardeux des virgules.

Traduction publiée : On connaissait à la ronde son profond amour de la justice, et tous ses voisins louaient sa charité dont ils avaient plus d’une fois éprouvé les bienfaits. En un mot, le monde aurait béni sa mémoire sans les circonstances qui l’amenèrent à pousser à l’excès une seule vertu, le sentiment de la justice, et en firent un brigand et un meurtrier.

Traduction de Google Traduction : Il n’y en avait pas un parmi ses voisins, qui n’aurait pas bénéficié de sa charité ou de sa justice ; bref, le monde aurait dû bénir sa mémoire s’il n’avait pas renoncé à une vertu. Mais le sentiment juridique l’a transformé en voleur et en meurtrier.

Traducteur en ligne – Michael Koolhaas affiche du film
Mads Mikkelsen dans le rôle de Michael Kohlhaas

Traduire en ligne une pièce de théâtre ancienne

Et maintenant la cerise sur le gâteau avec l’œuvre Faust de Wolfang von Goethe. C’est une pièce de théâtre dans laquelle le héros, un savant, va conclure un pacte avec le diable pour que celui-ci lui exauce la plupart de ses vœux. Méphistophélès est, pour sa part, l’un des esprits du diable. 

En soumettant la version originale en allemand aux traducteurs automatiques, voilà ce que l’on obtient… et vous n’allez pas être déçu !

Les traductions de Deepl et Google Traduction sont assez similaires à la traduction littéraire et restent cohérentes. En revanche, concernant celle de Reverso… entre noyau de chien, scooter et casino, ça ressemble plus au début d’une mauvaise blague qu’à une tragédie ! Dans les œuvres les plus anciennes, le vocabulaire est un peu plus compliqué ainsi que les tournures de phrases. Si l’on ajoute à cela des expressions et des jeux de mots, on obtient la bête noire des traducteurs en ligne. En effet, le fonctionnement de l’algorithme des traducteurs en ligne explique ces décalages, comme le montre en détail cet article.

Traduction publiée :
Faust : C’était donc là le contenu du barbet ? Un écolier ambulant
Méphistophélès : Je salue le savant docteur. Vous m’avez fait suer rudement.

Traduction de Reverso :
Faust : C’était le noyau du caniche ! Un scooter en marche ? Le casino me fait rire.
Mephistopheles : Je salue le maître érudit ! Vous m’avez fait transpirer

Traducteurs en ligne et 9ème art

Pour finir, nous avons essayé de traduire une bande dessinée. Les traducteurs en ligne ont beaucoup plus de facilité à traduire de genre de textes car le vocabulaire employé est simple et les phrases plus courtes. Encore une fois, le problème rencontré concerne le contexte. Par exemple, pour nos héros gaulois, seul Deepl a traduit Miraculix (le nom donné au druide gaulois dans la version allemande) par Panoramix, ce qui est d’ailleurs étonnant.

Traduction allemande publiée : Miraculix, der ehrwürdige Druide des Dorfes, schneidet Misteln und braut Zaubertränke. Sein größter Erfolg ist ein Trank, der übermenschliche Kräfte verleiht. Doch Miraculix hat noch andere Rezepte in Reserve…

Traduction de Google Traduction : Miraculix, le vénérable druide du village, coupe le gui et brasse des potions magiques. Son plus grand succès est une potion qui donne une force surhumaine. Mais Miraculix a d’autres recettes en réserve.

Certes, la traduction automatique n’est pas toujours exacte – et son but n’est pas de traduire des œuvres littéraires mais de faciliter la communication entre des personnes de cultures et de langues différentes. En cela, les traducteurs en ligne sont des outils pratiques et perfectionnés – et notamment Deepl qui reste à nos yeux le meilleur d’entre eux. Ils aident à comprendre rapidement le sens du texte que l’on veut traduire (bien que l’on n’échappe pas aux contresens !) – mais la précision et la finesse dans les nuances reste encore éloignée de celle des traducteurs professionnels, surtout pour vos communications commerciales.

S.B.