La pub print du mois – EDF

Dans la conception-rédaction publicitaire, il est un art qui associe créativité, brièveté et texte : la pub print. Bonne ou mauvaise, il y a celle qui passe inaperçu et celle qui vous interpelle. De temps à autre, les concepteurs-rédacteurs de Stereotexte en mettent une en exergue et vous expliquent pourquoi. Aujourd’hui, une pub print qui claque pour EDF, avec sa créa qui vous rappellera un certain logo.

Quel est le but de cette pub print ? L’annonceur cherche à vendre une prestation de conseil. Encore une fois, c’est une promesse : celle de consommer moins en consommant mieux.

Étrange… l’annonceur paye une publicité pour que le client lui donne moins d’argent. En général, c’est plutôt l’inverse qui est recherché quand on fait une pub print. Mais dans un marché de l’énergie ouvert, EDF cherche à provoquer le contact pour acquérir de nouveaux clients.

Quel est l’angle choisi dans ce cas ? Celui de capter l’attention du prospect en rappelant que l’énergie n’est pas un produit comme les autres. En mettant en avant un « produit » type que l’on pourrait imaginer dans un supermarché lambda.

Le supermarché de Jarvis Cocker est aussi infesté de faux produits (à p. de la 57e s.)

Que peut-on dire de cette annonce print ? Tout d’abord, la première chose qui attire l’œil est évidemment cet énorme packaging, qui utilise tous les ressorts de vente classiques :

  • 60% offerts (on notera l’utilisation du deuxième rond du symbole % comme « o ») ;
  • le mention « Nouvelle Formule » (souvenez-vous de ces 10 mots qui font vendre) ;
  • le mot « Maxi » intégré dans un graphisme qui rappelle les grandes heures des Trente Glorieuses ;
  • une police simplifiée façon années 60 ;
  • des lettres majuscules ;
  • la mention « Pack de 25 » ;
  • le petit call to action sur la droite « Choisissez le pack de 25 » ;
  • enfin les couleurs éclatantes avec du rouge, de l’orange et du jaune – en contraste avec le bleu du logo d’EDF et de son texte encadré pour nous ramener à la raison.

Ce texte est le vrai texte de vente censé pousser le chaland à appeler EDF pour se faire conseiller sur sa consommation. Ils mettent même l’accent sur leur singularité en argumentant que leurs conseillers sont « pas comme les autres ». On notera que, pour une fois, les chiffres sont écrits selon la norme française, avec une espace insécable entre le 5 et les trois 0 des milliers – bravo !

Pub print pour Stereotexte
Sur cette ancienne annonce, nous avions aussi utilisé la négation pour interpeler le chaland.

À voir le logo de notre agence, il est facile de comprendre pourquoi cette publicité m’a plu… Mais si elle a eu cet effet sur moi, elle en aura certainement un similaire sur une bonne partie de ma génération, maintenant en âge de gérer un foyer et donc d’appeler un conseiller…

Avec son graphisme percutant, sa farandole de couleurs vives, son faux produit et son texte de vente simple, cette publicité atteint son but en choisissant d’opposer les vendeurs d’électricité « à la sauvette » (représentés par le packaging) et EDF qui se pose comme un acteur de raison.

En revanche, il faudra se mettre d’accord sur l’écriture : EDF ou eDF ? :D

Je creuserai le sujet pour la prochaine fois !

À bientôt,

M.T.